Miraculé, Jacques Chirac retrouve la mémoire

| Christian Jacquiau | Marianne 2 | 13 septembre 2011 |

Jacques Chirac a été dispensé de témoigner au procès qui s’est ouvert le lundi 5 septembre dernier, dans le cadre de l’affaire des emplois présumés fictifs de la ville de Paris. Motif invoqué : sa mémoire défaillante.

« L’état de santé de l’ex-président français Jacques Chirac s’est dégradé depuis quelques mois et il n’a plus la mémoire pour assister à son procès », a déclaré le 3 septembre Frédéric Salat-Baroux, le gendre de l’ancien chef de l’État.

Certificat médical à l’appui, ses avocats ont aussitôt annoncé que l’ancien président n’avait « plus l’entière capacité de participer au déroulement des audiences et qu’il se trouvait dans un état de vulnérabilité tel qu’il ne lui permettait pas de répondre aux questions du Juge ».

Un nom scientifique a même été mis sur cet implacable empêchement : l’anosognosie.

Une maladie qui se rencontre le plus souvent après un accident vasculaire cérébral (AVC).

Au début, les patients se rendent compte de leurs troubles de la mémoire. Mais l’évolution progressive de la démence – de type Alzheimer notamment – et de ces troubles mnésiques peut entraîner l’apparition d’une anosognosie progressive, expliquent les spécialistes.

Les souvenirs de leurs déficiences mnésiques vont s’effacer, de même que tout souvenir des autres types de difficultés cognitives. Peu à peu, le patient entrera dans un état de non-conscience de son trouble.

À ce stade, les malades oublient…. qu’ils oublient. Le processus peut devenir irréversible.

Pourtant dans certains cas, un miracle peut se produire.


C’est ce qui vient de se produire pour Jacques Chirac qui, à l’énoncé des graves accusations portées par l’avocat Robert Bourgi, accusant l’ancien président…

[ pour lire la suite cliquez sur le bandeau ci-dessous... ]