Lettre ouverte à mes amis d’Ici & Maintenant

| ChJ | forum de Radio Ici & Maintenant | le 25 mars 2015 à 11h57 |


Bonjour à toutes et à tous.


Je vous lis. Je vous écoute. Je vous entends.

Mais plus je vous lis, plus je vous écoute, plus je vous entends et moins je comprends.

J’ai eu la chance depuis plusieurs années de vous rencontrer, de vous connaître, de vous approcher, de vous côtoyer, de vous apprécier en partageant quelques tranches de vos vies exaltantes d’indéfectibles passionnés.

J’ai toujours considéré Ici et Maintenant comme un lieu d’échange, un espace de dialogue, un véritable forum audio en temps réel dans lequel tous les avis, partagés ou contraires, pouvaient s’exprimer librement et se confronter, pourvu que ce soit dans le respect des autres.

J’ai cru cela. Et je veux le croire aujourd’hui plus que jamais. Ou alors…

Nous – vous les auditeurs, nous les invités ou animateurs occasionnels ou réguliers – aurions été trompés par un mensonge qui se serait perpétué depuis tant d’années ?

Cela me semble impossible autant qu’invraisemblable. Ce serait folie que de le penser.

Je ne peux davantage croire – personne ne le comprendrait – que c’est la gestion de la soirée du 7 janvier dernier, jour de l’assassinat des journalistes, dessinateurs et anonymes constituant les victimes de la tuerie de Charlie hebdo, qui est la cause de cet invraisemblable différent.

Permettez-moi de revenir, l’espace de quelques lignes, sur cette meurtrière journée du 7 janvier 2015, en lieu direct avec la crise que traverse aujourd’hui Ici et Maintenant.

En cette fin de matinée du 7 janvier, deux individus, deux frères de sang Chérif et Saïd Kouachi ont cru – en assassinant l’équipe d’un journal en profond désamour avec son lectorat au point d’envisager le dépôt de bilan – rendre justice à un prophète qu’ils ne connaissaient manifestement qu’au travers de ses caricatures .

Deux fous de Dieu. Deux gamins endoctrinés à peine sortis de l’adolescence allaient en quelques minutes transformer le pays des Lumières en un territoire peuplé de 66 millions de moutons bêlants « Je suis Charlie » alignés comme un seul clone derrière un président de la République et un Premier ministre à la dérive.

Fallait-il le soir même parler de ce tragique événement sur les ondes de Radio Ici & Maintenant alors que les chaines dites d’info en continu nous abreuvaient en boucle de leur profonde ignorance de la situation ? Fallait-il ajouter de l’émotion à l’indignation et à la compassion ?

Fallait-il alimenter ces causeries de café du commerce qui à défaut d’informer ont embrumé les esprits jusqu’au dégoût et à l’overdose ?

Fallait-il au contraire laisser le champ à ces commentateurs patentés qui se gargarisent de l’hémoglobine des victimes sur le même ton qu’ils commentent le jeu de jambes de 22 milliardaires se disputant une vulgaire boule de cuir ?

Fallait-il attendre un peu, prendre du recul, s’accorder le temps de la réflexion et de l’analyse, s’octroyer une sorte de moratoire intellectuel et émotionnel le temps d’un léger différé ?

Fallait-il en un mot comme en cent, laisser du temps au temps ?

On le sait Didier [NDLR : Didier de Plaige, co-fondateur de la radio en 1980]. Tu as décidé, il y a quelques mois déjà, de passer la main en confiant l’animation de la radio à une équipe de femmes et d’hommes que pour certains tu as formé, vu grandir, évoluer et contribué à révéler le talent.

Des femmes et des hommes que tu as accompagné et qui s’épanouissaient jusqu’à ce 7 janvier dans ce merveilleux métier qui est le leur, celui d’informer en toute conscience et en toute indépendance. Non pas en se prétendant meilleur sachant que les sachants – mais en allant chercher avec leur cœur l’information la plus juste, la plus pertinente, la mieux recoupée, parfois très loin des discours officiels de la bien-pensance médiatique et politique.

Fallait-il ou pas en ce soir du 7 janvier 2015 ouvrir l’antenne sur ce thème rabâché et sur-commenté jusqu’à la nausée ?

Fallait-il au contraire laisser s’épuiser les commentaires à chaud pour mieux y revenir un peu plus tard, calmement, tranquillement, sereinement ?

C’est ce dernier choix qui a été fait par l’équipe qui anime avec brio et passion cette radio incomparable qu’est Ici et Maintenant sous la direction du talentueux Alexandre depuis quelques mois.

Était-ce un bon ou un mauvais choix ? Qui le sait ? Qui peut le dire ? Certains le pensent alors que d’autres sont convaincus du contraire. Qu’importe…

Chacun comprendra qu’une telle décision puisse être discutée, débattue, contredite.

N’est-ce pas la vocation de cette véritable, authentique et quasi unique radio libre qu’est Ici et Maintenant que d’initier des débats, stimuler des échanges, susciter des contradictions, admettre, écouter, tenter de comprendre, valoriser et sublimer des opinions et des points de vue différents ?

Bien évidemment ! me répondrez vous à l’unisson.

Seulement voilà…

Ce choix a crispé les esprits, figé les positions et attisé certaines rancœurs au point de prendre une place qu’il n’aurait jamais dû avoir.

Il s’en est suivi une dégradation des relations internes que l’ensemble de ceux qui font vivre Radio Ici & Maintenant avait su jusqu’alors épargner aux auditeurs.

Les démissions d’Alex, de Lisandre et de Clara, celles vraisemblablement d’autres personnalités comme Laurent ou Julia, toutes et tous véritables piliers de Radio Ici & Maintenant, révèlent désormais au grand jour l’existence de l’atmosphère irrespirable qui règne depuis quelque temps dans les locaux du 8 bis de la rue Violet.

Les frères Kouachi ont mené à bien leur projet diabolique de tuer « Charlie ». Trois mois plus tard c’est Radio Ici & Maintenant qui pourrait bien être indirectement décapitée sur un malentendu qui n’aurait jamais dû dépasser le périmètre d’une conférence de rédaction sans doute un peu plus houleuse qu’à l’habitude.

Au-delà des querelles internes générées par ce point de désaccord, qui a le droit de tuer (je pèse mes mots) Radio Ici & Maintenant sur un motif – pardonnez-moi – aussi futile que celui-ci ?

Quelles susceptibilités blessées et quels les égos froissés peuvent être assez forts pour primer sur toute autre considération ?

Vous avez mes amis, toi Didier, toi Alex, toi Lisandre, toi Clara, toi Laurent la responsabilité et le devoir moral de tout mettre en œuvre pour faire cesser cette folie meurtrière que n’auraient sans doute pas, toutes proportions gardées, boudé les frères Kouachi.

Voulez-vous – par votre collaboration active à ce désastre annoncé – leur donner à titre posthume la satisfaction d’avoir indirectement tué aussi, avec votre complicité, Radio Ici & Maintenant ?

Êtes vous prêts à abandonner sur les bas-côtés de l’information biaisée et formatée vos auditeurs, tous les amis fidèles de la station et de vos émissions qui ne manqueraient pour rien au monde l’un de vos rendez-vous ?

Ne pensez vous pas que les auditeurs méritent mieux alors qu’un minimum de bonne volonté pourrait régler ces dérisoires querelles ?

J’ai tenu en tant qu’auditeur – sans doute un peu privilégié puisque j’ai eu la chance d’animer un certain nombre d’émissions avec Alex – à ne pas intervenir jusqu’à présent et à ne pas me mêler des échanges rendus publics sur ce forum.

Je crois et je crains qu’avec la surenchère alimentée par les tensions, les limites du raisonnable n’aient été franchies au point de remettre en cause l’identité voire l’existence même de la radio.

Tout cela n’est pas très sérieux mes amis.

« Deux animateurs de RIM ont (…) manqué d’apprécier l’importance d’animer une soirée Charlie à l’antenne en direct », dis-tu Didier en ajoutant : « Il était tellement plus évident de passer un coup de fil au responsable [que tu es] ce 7 janvier dans l’après-midi, pour connaître son avis, que d’imaginer quoi faire à sa place ».

Tu n’as manifestement pas apprécié ce choix qui – tu le reconnaitras – n’a rien à voir avec leur « motivation » certaine et leurs « compétences » réelles, appréciées et reconnues de tous.

Ce choix peut être regretté ou défendu. Il a été assumé.

Les désaccords ont été exprimés avec le plus ou moins de diplomatie qui accompagne en général ce type de situation. Tout cela est fort regrettable et personne n’a le pouvoir de revenir en arrière. Pour autant…

Cette péripétie fait désormais partie du passé et n’a en fait qu’assez peu d’importance.

La situation n’est pas aussi catastrophique que l’on pourrait l’imaginer en vous lisant d’autant plus Didier que Clara a satisfait à tes attentes en ouvrant l’antenne – un peu plus tard que tu ne l’aurais souhaité certes mais quelle importance ? – qu’elle a animé jusqu’au petit matin avec le brio qu’on lui connaît.

Il y a manifestement chez Radio Ici & Maintenant comme ailleurs des choses à recaler et à repenser, vraisemblablement des procédure simples à mettre en place comme on le fait dans toutes les entreprises.

Ne croyez-vous pas chers ami(e)s qu’il est temps que chacun(e) revienne à la raison, en acceptant peut-être de taire une petite part de sa fierté et de sa susceptibilité pour s’asseoir posément à la table de la réconciliation ?

Je sais que ce n’est pas facile mais c’est l’avenir de la radio qui est en jeu et vous ne pouvez les uns et les autres faire passer votre fierté blessée avant l’avenir de Radio Ici & Maintenant, l’intérêt collectif et le respect de toutes les auditrices et de tous les auditeurs sans lesquels cette incomparable radio n’existerait pas.

Charlie hebdo a été assassiné le 7 janvier dernier. S’il vous plait, ne tuez pas Radio Ici & Maintenant sur un tel malentendu.

Il vous reste très exactement une semaine pour vous entendre (c’est bien le moins pour des gens de radio non ?) et annoncer le mercredi 1er avril aux auditeurs que tout cela n’était finalement qu’un mauvais rêve, une mauvaise plaisanterie à ranger sur les étagères des traditionnels poissons d’avril journalistiques.

Il ne tient qu’à vous pour que l’émission de Clara de ce mercredi 25 mars, annoncée comme « la dernière » ne soit en fait que l’ultime… du mois de mars 2015.

Pour les auditeurs de la radio, pour toutes celles et tous ceux qui vous font confiance depuis tant d’années, vous ne pouvez pas, vous n’avez pas le droit de ne pas affronter avec calme et lucidité cette tempête qui ne demande qu’à s’apaiser.

Nous sommes nombreux : auditeurs, intervenants réguliers ou occasionnels, sympathisants à compter sur votre sagesse Didier, Alex, Clara, Lisandre, Laurent et Julia.

On dit que personne n’est irremplaçable mais personne ne pourrait imaginer Radio Ici & Maintenant sans vous.

On compte sur vous les amis. Et s’il fallait des modérateurs pour tempérer et jouer le rôle de facilitants, sachez que nous sommes là, nombreux, à être prêts à vous y aider.

On aime la radio telle qu’elle est avec vous.
On vous aime.
Ne nous décevez pas.

Très amicalement à vous et aux auditrices et auditeurs de Radio Ici & Maintenant.

Christian Jacquiau


Cette lettre ouverte dont la seule mission était de concilier des points de vue que je croyais divergents donna lieu à un certain nombre d’échanges sur le forum de la radio. Ce dernier se transforma alors très rapidement en…

un véritable révélateur
.