La Justice censure la sortie de « Médor »

Le premier numéro du trimestriel belge « Médor, les yeux ouverts » sort à peine en ce mois de novembre 2015 que déjà la Justice censure la sortie de ce premier numéro. Il en faudrait beaucoup plus pour le faire taire…

| None | Médor | 19 novembre 2015 |

COMMUNIQUE DE PRESSE

La Justice censure la sortie de « Médor »

Jeudi 19 novembre 2015 – Médor, magazine trimestriel d’enquêtes et de récits, devait officiellement sortir son premier numéro ce vendredi 20 novembre. Alors que le magazine était en cours de distribution, Mithra Pharmaceuticals S.A. a introduit une requête unilatérale en référé visant à interdire la diffusion et la publication d’un article publié jeudi dernier par Médor sur son site internet.

Suite à cette requête, mercredi 18 novembre après-midi, le président du tribunal de première instance de Namur[1] a interdit provisoirement à Médor« de publier et de diffuser (en ce compris de maintenir cette publication et cette diffusion) l’article “Le risque financier que Mithra n’a pas déclaré à la FSMA” et tout article ayant un contenu essentiellement similaire (…) ». Médor n’a donc pas été entendu. Une audience contradictoire en référé se tiendra mardi 24 novembre au tribunal de première instance de Namur à 14h.

Si Médor ne respectait pas l’interdiction, le magazine serait tenu de payer 12.000 euros par jour et par infraction constatée, ce qui signerait immédiatement son arrêt de mort. Cette sanction est plus sévère encore que celle (10.000€) dont Médiapart a écopé quand la diffusion des enregistrements de l’affaire Bettencourt a été interdite en France.[2]

L’enquête de Médor porte sur la success-story wallonne Mithra, société pharmaceutique liégeoise bénéficiant d’importants subsides et aides publics. Cette investigation qui a duré plus de six mois, alimentée par des dizaines de sources et de très nombreux documents, a été menée par un journaliste chevronné et primé (David Leloup). Médor maintient avec force l’ensemble de ses informations.

La décision judiciaire scandaleuse qui frappe Médor est exceptionnellement rare dans les annales de la presse belge. Prononcée au nom d’une soi-disant « extrême urgence et absolue nécessité », elle ne vise pas seulement l’article publié en ligne le 12 novembre et aujourd’hui retiré, mais aussi la sortie du numéro un du magazine papier en librairie.

Cela cause un préjudice énorme au magazine Médor, à ses collaborateurs et à la liberté de la presse. Il s’agit ni plus ni moins d’une volonté de museler un nouveau média d’investigation en Belgique.

La promo de Médor n’est pas annulée pour autant dans les jours prochains à Namur, Liège, Arlon et Bruxelles. Médor ne peut pas vendre, mais peut encore parler. Infos pratiques sur www.medor.coop

Contacts presse :

Céline Gautier : 0495.46.13.81
Olivier Bailly : 0472.49.96.49
Philippe Engels : 0476.33.07.94

bureau@medor.coop

[1] Le siège social de la coopérative Médor SCRL-FS est à Dave (près de Namur).
[2] Voir : http://www.mediapart.fr/journal/international/dossier/notre-dossier-laffaire-bettencourt





Vous ne connaissez pas Médor ? Cliquez sur l’image ci-dessous…