Kokopelli, pour la libération de la semence et de l’humus

Kokopelli est une association à but non lucratif, fondée en 1999 par Dominique et Sofy Guillet. Elle a pris le relais de Terre de Semences et du Jardin Botanique de la Mhotte fondés, dans l’Allier, respectivement en 1992 et en 1994.
Les militants de l’association œuvrent pour la libération de la semence et de l’humus et la protection de la biodiversité alimentaire, en rassemblant tous ceux et toutes celles qui souhaitent préserver le droit de semer librement des semences potagères et céréalières, de variétés anciennes ou modernes, libres de droits et reproductibles.

Kokopelli rassemble aussi tous ceux et toutes celles qui souhaitent continuer à chuchoter, à l’oreille de leurs voisins, les recettes des purins de plantes (ortie, prêle…) et d’autres ingrédients naturels et peu onéreux, sans se voir accusés de concurrence déloyale envers les multinationales vendeuses de poisons, celles qui s’auto-qualifient de sciences de la vie.

« Celles-là même qui détruisent inexorablement et impunément la biosphère, incluant l’humanité, depuis des dizaines d’années, celles-là même qui ont fait de notre belle planète, la Terre, une poubelle génératrice de cancers« , explique Kokopelli.



La Semence

C’est grâce à son propre réseau de producteurs et avec la participation active de ses adhérents, parrains et marraines, que Kokopelli maintient une collection planétaire unique de plus de 2200 variétés, plus de 650 variétés de tomates, près de 200 variétés de piments, 150 variétés de courges… L’association propose deux gammes de semences :

- la gamme Boutique, avec 1700 variétés de plantes potagères, céréalières, médicinales, condimentaires et ornementales. La très grande majorité des semences de cette gamme est produite en France par ses producteurs professionnels certifiés en Agriculture Biologique. Le reste provient de divers pays d’Europe et parfois même des USA. Pour ces dernières, très peu nombreuses, Kokopelli est tenu d’omettre la mention “Agriculture Biologique” bien qu’elles soient certifiées “bio” par des organismes US (Oregon Tilth, OCIA, etc.). Il n’existe en effet pas d’équivalence automatique entre les homologations Nord-Américaines et Européennes et Kokopelli ne souhaite pas entamer des procédures extrêmement compliquées et très onéreuses pour obtenir ces homologations.
« Nous sommes déjà persuadés qu’il est scandaleux que les agriculteurs bios doivent payer pour pouvoir produire sainement des aliments non-toxiques alors que 98% des agriculteurs, dit “conventionnels”, sont archi-subventionnés par de l’argent public pour produire des aliments-poisons et ruiner la santé de la population« , explique Kokopelli..

- la gamme Collection rassemble des centaines de variétés très peu cultivées, peu connues et parfois en voie de disparition. Les semences de cette gamme sont produites par les adhérent(e)s jardiniers et jardinières de l’association. Elles sont offertes aux membres actifs et bienfaiteurs de l’association. Il est à noter que cette gamme n’est accessible que sur demande au siège de l’association Kokopelli.



L’Humus

En organisant, plusieurs fois par année, des stages et des séminaires sur différents thèmes de l’agro-écologie, Kokopelli espère « réintroduire les vrais valeurs agricoles et jardinières et libérer, ainsi, l’humus en libérant la Terre de la tyrannie des techniques d’agricultures modernes toxiques« .



Kokopelli propose également dans sa boutique plusieurs ouvrages sur les différentes techniques de culture génératrices de sol fertile.
Son champ d’action ne se limite pas à la préservation des variétés libres.

Kokopelli intervient de part et d’autre du globe, pour aider les paysans du monde à retrouver leur autonomie semencière confisquée ceux que l’association appelle « les vendeurs de poisons« . C’est ainsi que, dans le cadre de sa campagne “Semences sans Frontières” Kokopelli distribue gratuitement et annuellement près de 350 colis de « Semences de Vie » aux communautés rurales, associations ou ONGs qui lui en font la demande.

Ces semences sont produites — dans la plupart des cas — par les adhérents de l’association Kokopelli via sa campagne de “Parrainage”, soutenant ainsi la création de jardins de production de semences amateurs, de réseaux de semences paysannes et de centres de conservations.

Afin de guider les jardiniers, l’association propose l’ouvrage de Dominique GUILLET, Semences de Kokopelli, un manuel de production de semences pour le jardin familial avec des informations détaillées permettant aux jardiniers et maraîchers de produire leurs propres semences en toute pureté variétale.

L’association fait l’objet depuis de nombreuses années d’un véritable harcèlement judiciaire de la part des géants de la semence non reproductible à péage. Voir à ce sujet : La biodiversité sacrifiée sur l’autel de la productivité.

[pour visiter le site de l'association Kokopelli cliquez sur l'image ci-dessus]


pour lire…


La Biodiversité sacrifiée sur l’autel de la productivité

[ cliquez sur le titre ci-dessus ]