Hommages à Bruno-Pascal Chevalier

Personnalités ou anonymes…
Les témoignages ont afflué dès l’annonce de la disparition de Bruno-Pascal Chevalier. Nous en reproduisons quelques uns ci-dessous.

Les morts sont tous des braves types, chantait avec justesse un Georges Brassens ironisant sur la grotesque surenchère des éloges funèbres.

C’est à Bruno-Pascal Chevalier que nous rendons hommage ici.

Les mots nous manquent aujourd’hui, au delà de notre infini tristesse, pour illustrer la gentillesse, l’engagement sans faille, l’altruisme hors du commun de cet homme véritablement d’exception qu’a été Bruno-Pascal Chevalier.

Le plus bel hommage que l’on puisse rendre à sa mémoire est sans doute de reprendre et d’amplifier ce combat acharné contre les propagateurs de misère et d’injustice – qu’au delà de la lutte contre la maladie – il aura mené jusqu’à son dernier souffle.

A nous, tous ensemble, de reprendre ce flambeau que Bruno-Pascal a porté avec force, rage et dignité jusqu’à ce lundi de décembre où il nous a quitté.

ChJ

***

| Au revoir l’ami | Julien MONIER, rédacteur en chef d’Essonne Info | 18/12/2012 |

Au revoir l’ami

J’ai rencontré Bruno-Pascal en 2008. En pleine grève des soins contre la mise en place des franchises médicales, je devais réaliser une interview pour une revue militante. J’ai tout de suite été séduit par l’homme, sa simplicité, son ouverture d’esprit, son humour, et surtout, la force de ses convictions.

Il était de toutes les mobilisations, de tous les combats. Militant infatigable, on le croisait aux manifestations pour défendre l’accès à la santé pour tous, et en Essonne, aux mobilisations pour l’hôpital de Juvisy comme à faire signer des pétitions aux usagers de la sécurité sociale. Motivant, il était sans cesse rejoint dans ses combats par d’autres militants ou de simples citoyens sensibles à ses convictions.

Bruno-Pascal m’impressionnait. Quel sens donner à sa vie lorsque l’on se sait condamné? Malade du Sida depuis de nombreuses années, il portait sur lui son fardeau, et ses traitements lourds influaient parfois sur son moral ou son physique. Mais il était toujours là, sur le terrain ou dans les collectifs, à s’impliquer sur des questions d’intérêt général, s’engageant pour des causes, inusable. Révolté, il savait piquer des coups de colère, spécifiquement contre les situations injustes, car plus que tout, les inégalités le rendaient malades.

Il était de la race des militants. de ceux qui ne « lâchent rien » . Un homme courageux, libre, qui lutta jusqu’au bout de sa maladie pour ce en quoi il croyait, tout en ne cessant d’être tourné vers les autres, dans sa vie et son travail. Un ami surtout, qui accepta au lancement d’Essonne Info il y a deux ans, d’accompagner notre démarche en publiant une chronique. Douze textes qui mettent encore en avant aujourd’hui le sens de son combat. En Attendant que d’autres reprennent le flambeaux. En tout cas c’est ce qu’il aurait souhaité.

Julien MONIER
rédacteur en chef d’Essonne Info

***

| Disparition de Bruno-Pascal Chevalier | Axelle Baudry | Essonne Info 18/12/2012 |

Malade du sida, Bruno-Pascal Chevalier est décédé ce lundi 17 décembre 2012, à l’âge de 49 ans. Président des associations Patchwork des Noms et d’Ensemble pour une santé solidaire, cet homme plein d’énergie était connu pour son implication dans la lutte contre le sida et l’exclusion des personnes malades.

En 2008, cet Essonnien avait suspendu son traitement contre le VIH pendant cinq mois pour protester contre la mise en place des franchises médicales, « au nom de tous les malades ». Il avait à l’époque reçu le soutien d’une bonne partie de la classe politique, et reprit finalement ses traitements. Avant l’élection présidentielle de 2012, il avait également signé avec vingt-cinq associations une lettre ouverte à l’attention de François Hollande, lui demandant de prendre des engagements pour l’abolition des taxes sur la santé. Sans réponse à ce jour.

Infatigable militant, il commença son engagement dans les années 80, en Essonne déjà où il s’occupe de la fédération des Jeunes communistes. Mais c’est sur le terrain de la santé et plus particulièrement contre le fléau du Sida que Bruno-Pascal Chevalier fait parler de lui. Il fait partie des pionniers d’Act Up, militants radicaux de la cause LGBT. Il mène plusieurs campagnes médiatiques qui font connaître l’association avec des actions coups de poing voire radicales.

De tous les combats
De tous les combats contre le Sida, il s’associe à Solidarité Sida sur l’événement des Solidays, festival de musique et de sensibilisation devenu référence du genre. Il élabore au travers du Patchworks des noms un travail de deuil et de mémoire collective pour les familles ayant perdu un proche à cause du virus. En 2009 il lance le collectif puis l’association Ensemble pour une santé solidaire, qui se mobilise sur les questions de santé à travers plusieurs groupes locaux. Il est aussi membre du collectif Ni pauvre ni soumis qui organise plusieurs marches contre la précarité à Paris.

A Juvisy, il participe activement à la lutte contre la fermeture de la maternité et des urgences de l’hôpital de proximité, en étant à l’initiative d’un collectif local. Il poursuit avec cela plusieurs projets associatifs locaux et s’implique en politique à la création du Front de gauche.

Sa dernière manifestation dimanche
Son engagement, il le vivait également à travers son travail. Longtemps responsable du service social de la ville de Morsang-sur-Orge, il monte plusieurs projets novateurs à destination des publics fragiles, et met sur pied une boutique associative Artisans du monde dans le but de promouvoir sur la ville le commerce équitable. Il terminera sa carrière à Juvisy-sur-Orge, toujours dans le secteur du social, en créant des activités à caractère intergénérationnel.

Ce dimanche, il participait à la manifestation historique pour l’ouverture du mariage aux couples homosexuels à Paris. Selon son entourage, il a été retrouvé ce lundi matin, décédé à son domicile. Il a reçu ce lundi soir un vibrant hommage du monde associatif et de plusieurs acteurs locaux.

Axelle Baudry
Essonne Info

***

Hommage reconnaissant et ému à Bruno-Pascal Chevalier

Bruno-Pascal Chevalier, malade du sida et activiste, qui avait mené un exemplaire combat contre les franchises médicales, est mort le 17 décembre.
Il y a à peu près un mois, je l’avais rencontré à Vigneux-sur-Seine pour voir comment je pouvais l’aider à mettre en valeur le patchwork des noms qui l’a beaucoup mobilisé ces dernières années. Il était fatigué et donc heureux que je lui propose de l’aider.
Nous devions nous revoir début 2013. Ce rendez-vous n’aura jamais lieu.
Je n’oublierai jamais ce garçon courageux qui a fait de son combat individuel un combat collectif. Il manque déjà terriblement aux activistes et à notre combat commun contre le sida.
Hommage reconnaissant et ému à Bruno-Pascal Chevalier.

Jean-Luc Romero