Hollande enterre la patrie des Droits de l’Homme

| ChJ | 2 novembre 2012 |

Le pire. L’incroyable. L’inimaginable. L’impensable vient d’être commis par celui dans lequel le peuple de gauche orphelin avait cru reconnaître l’héritier spirituel de François Mitterrand.
L’accumulation de bourdes ajoutées aux couacs à répétition d’un gouvernement poussant l’amateurisme jusqu’à la caricature pouvait en réjouir certains et en agacer d’autres.
Il n’y avait certes – qui pouvait en douter ? – pas grand-chose à attendre d’un président sans dessein, sans projet, sans programme et sans ambition, porté au pouvoir par la seule volonté du peuple français… de sortir le sortant. Un énorme malentendu. Une victoire en trompe l’œil.
« Six mois ! Cela fera bientôt six mois que l’homme de gauche a porté au pouvoir l’homme du changement maintenant. Avec les résultats et déjà les renoncements que l’on sait », écrivions-nous il y a quelques jours seulement.
L’affaire Aurore Martin constitue pour François Hollande et pour les membres de son gouvernement un véritable flagrant délit… d’imposture


En ce vendredi 2 novembre 2012 – jour des morts – moins de six mois après son élection aux fonctions suprêmes, François Hollande flanqué de son ministre de l’Intérieur (sorte de clone labellisé de gôche de Nicolas Sarkozy, Brice Hortefeux et Claude Guéant réunis) ridiculise la France sur la scène internationale en enterrant le peu qu’il lui restait pour mériter encore l’appellation de « patrie des Droits de l’Homme ».

Aussi incroyable que cela puisse paraître, la militante basque française Aurore Martin a été arrêtée par la police française pour être aussitôt livrée à la police espagnole pour des faits qui ne sont pas considérés comme des délits en France !

Et c’est le gouvernement de gauche d’un pays présidé par un socialiste revendiqué qui vient d’exécuter cette basse besogne qui fera date dans l’histoire opaque du parti dit socialiste français.

Aurore Martin avait quitté la clandestinité depuis plus d’un an. Tout le monde savait où elle était.

Que reproche-t-on très précisément à la jeune femme ?

Aurore Martin est soupçonnée d’avoir participé en 2006 et 2007, à six réunions publiques – quatre en Espagne, deux en France – organisées par Batasuna, organisation politique interdite en Espagne où elle est considérée comme une organisation terroriste depuis 2003 alors que Batasuna est autorisée et parfaitement légale en France !

Cette affaire est le symptôme de l’amateurisme et de l’inconséquence d’un président et d’un gouvernement qui ne maîtrisent rien de la situation à laquelle le rejet de Nicolas Sarkozy les amène aujourd’hui à être confrontés.

Livrée par la France, sous l’autorité de son président socialiste François Hollande, à un pouvoir espagnol répressif en mal d’autorité, la jeune femme est aujourd’hui passible, en Espagne, d’une peine de 12 ans d’emprisonnement.

Dans cette affaire, au-delà du ridicule, la France s’est déshonorée. Et le président de la patrie des Droits de l’Homme, définitivement disqualifié.

ChJ



Des réactions…

  • L’écologiste Noël Mamère
  • n’y voyant qu’un calcul politicien a accusé Manuel Valls de prendre le risque de rallumer le feu. « Il est en train de mettre en péril le processus de paix qui est engagé au Pays basque, alors même que l’ETA a annoncé en 2011 qu’elle déposait les armes », rapporte Rémi Duchemin pour Europe 1.
    « Monsieur Valls joue un jeu extrêmement dangereux dans le but de soigner son image de ministre de l’Intérieur intransigeant », a encore asséné le député-maire de Bègles. Jusqu’à l’aveuglement ?

  • le Parti de gauche
  • « Là où en 2011, Guéant et Sarkozy avaient reculé devant la mobilisation des nombreux soutiens de gauche comme de droite de la militante politique, Valls et Hollande n’ont pas hésité à bafouer les libertés d’opinion et d’expression reconnues par notre constitution et trahissent honteusement les principes fondateurs de la gauche », écrit le Parti de gauche.

  • Le conseiller général UMP Max Brisson
  • a vu « un nouveau signal préoccupant pour tous ceux qui oeuvrent pour un Pays basque apaisé et le vivre ensemble ».

  • Le sénateur MoDem Jean-Jacques Lasserre
  • s’est dit « choqué de voir de quelle façon ce gouvernement utilise des méthodes extrêmement brutales pour traiter des problèmes délicats », rapporte Le Figaro.

  • Olivier Dartigolles
  • le porte-parole du PCF des Pyrénées-Atlantiques a ainsi déclaré que « le gouvernement Ayrault vient d’écrire une page déshonorante pour notre pays ».

  • L’association humanitaire pour les réfugiés basques Anai Artea
  • a qualifié « d’ acte minable » et de « provocation » le fait de livrer Aurore Martin à Madrid de la part d’un «ministre de l’Intérieur qui ne sait plus s’il roule pour Paris ou Madrid » .

  • Dans un texte commun, cosigné notamment par trois parlementaires PS
  • seize élus socialistes et républicains se disent « consternés ». Ils condamnent l’application du mandat d’arrêt européen (MAE) dont elle faisait l’objet depuis 2010 et réclament « le retour immédiat (…) sur le territoire français » de la militante basque.
    Trois parlementaires PS !

    Faut-il rappeler que les élus de gauche (c’est comme cela qu’ils s’autoproclament encore) siégeant à l’Assemblée Nationale sont au nombre de 343 (1) sur un effectif global de 577 parlementaires.

  • Trois parlementaires PS ! Et les autres ?
  • (1) Gauche démocrate et républicaine : 15, Étiquetés écologistes : 18, Socialistes, républicains et citoyens : 295, Radical, républicain, démocrate et progressiste : 15


    « Là où en 2011, Claude Guéant et Nicolas Sarkozy avaient reculé devant la mobilisation des nombreux soutiens de gauche comme de droite de la militante politique, Valls et Hollande n’ont pas hésité à bafouer les libertés d’opinion et d’expression reconnues par notre constitution et trahissent honteusement les principes fondateurs de la gauche ».

    à suivre…

    voir à propos de l’affaire Aurore Martin :

  • Aurore Martin soumise au régime d’exception
  • Aurore Martin : les élus des P.A. interpellent l’Europe
  • Hollande a-t-il donné son aval à l’extradition d’Aurore Martin ?
  • Georges Moustaki à propos de Manuel Valls : « Je réfrénais un salaud ! »
  • Pétition : Appel pour la libération immédiate d’Aurore Martin
  • pour signer la pétition de soutien, cliquez sur le bandeau ci-dessous…