C – Condamnation… Appel… Soutien…

| Christian Jacquiau | propos recueillis le 14 Juillet 2010 |



Max Havelaar France m’a attaqué en justice pour diffamation, après la publication de propos qui n’ont jamais été les miens… et a gagné.

J’ai été condamné à lui verser 1€ de dommages et intérêts et 3 000 € au titre de l’article 700 du code de procédure civile pour diffamation.

Pour des propos qui n’ont jamais été les miens.



Je connais le poids de la menace de lourdes sanctions financières.

Les sommes astronomiques qui me sont réclamées en appel, l’exécution provisoire exigée aujourd’hui par Max Havelaar sont autant d’arguments qui auraient pu m’amener à jeter l’éponge.

Je suis prêt à débattre, à répondre de mon livre, de son contenu, à expliquer, à justifier, à commenter, à argumenter, à reconnaître la moindre erreur si quelqu’un me démontre qu’il en contient une…

Mais je n’accepterai jamais d’être condamné dans un tel contexte, reposant sur une interview totalement bidonnée.

Cette première instance m’a amené à engager des frais de Justice importants.

La condamnation obtenue par Max Havelaar France dans un contexte que chacune et chacun a aujourd’hui tous les éléments pour apprécier m’oblige aujourd’hui à interjeter Appel de cette décision pour que Justice me soit rendue.

Faire Appel coûte financièrement très cher et est extrêmement chronophage.

Max Havelaar France – doté chaque année par l’État français de très confortables subventions – en a les moyens et réclame de nouveau au Tribunal une lourde condamnation auxquels s’ajouteront bien évidemment mes frais d’avocats, d’avoués et autres frais de procédure.

Mais si je me bats depuis autant d’années pour l’avènement d’un monde plus juste, plus respectueux de l’humain, de la nature et du vivant, plus équitable… ce n’est pas pour baisser les bras à la première attaque déloyale et inéquitable venue.

On sait comment la rumeur, le discrédit, l’intimidation, la pression financière alimentent l’auto-censure, la plus efficace des censures.

Ce combat pour la liberté de la presse, la libre expression des individus, contre la censure des puissants et du pouvoir de l’argent, pour le droit à la critique… je le mènerai jusqu’au bout.

Pour que Justice me soit rendue et que la vérité éclate, bien évidemment.

Mais bien au delà…

Parce que condamné au moment même où des journalistes sont cloués au pilori et se font traiter de « trotsko-fascistes » pour avoir déplu aux puissants en faisant leur travail d’investigation et d’information (en tentant d’exercer leur métier tout simplement) il me semble que nous nous devons de réagir, vivement et fermement, pour ne pas que d’autres demain aient à subir le sort qui m’est réservé aujourd’hui.

Ne parlons pas ici d’équité.

Il en va de notre très fragile démocratie alors que la presse est agressée comme elle ne l’avait plus été depuis nos heures les plus sombres.

Pour toutes ces raisons, je suis déterminé à aller loin. Très loin. Jusqu’au bout… ».

Cette affaire soulève bien des questions. Elle est désormais en Appel. 

Une mobilisation citoyenne s’est mise en place avec la création d’un comité de soutien qui a lancé une pétition à l’attention de Max Havelaar France, lui demandant notamment d’abandonner immédiatement ses poursuites.

L’objectif du comité ne sera définitivement atteint que lorsque la condamnation obtenue par Max Havelaar en première instance aura été annulée par la Cour d’Appel.





pour lire la suite…

C1 – La Justice a tranché…

[ cliquez sur le titre ci-dessus ]


A. Les coulisses d’une affaire peu équitable…
B. L’article, source de la plainte…
B4.1 Un faux journaliste ?
B4.2 Les impostures écrites du faux journaliste
B4.3 Les impostures télévisuelles du faux journaliste
B4.4 Nu chez MacDo, pédophile, pourquoi pas journaliste ?
C. Condamnation… Appel… Soutien…
C2 L’affaire en questions…
C4 Les dernières nouvelles de l’affaire…

[sommaire complet]


circuit court :

C2 – L’affaire en questions…