B4.7 – Une plainte ciblée ?

Max Havelaar explique les raisons de son action en Justice :
« Si nous avons utilisé la voie juridique, ce fut pour demander des preuves de cette accusation calomnieuse », commente Nicolas Gauthy (1) au journaliste de Le Post.

Des preuves ?

Des preuves… que Max Havelaar ferait travailler des esclaves ?



Un simple mail, un coup de fil… .

S’ils avaient le moindre doute, les gens de Max Havelaar auraient pu me contacter directement. Joaquin Muñoz (2) me connaît bien. Nous avons participé à plusieurs débats sur des plateaux de radio et de télévision ensemble.

J’ai questionné longuement Nicolas Gauthy alors que j’étais en pleine rédaction des « coulisses du commerce équitable » en 2005 et 2006 .

Cet ancien journaliste pigiste (Bourgogne Magazine, Paris Vélo, Systèmes solaires…) me connait bien, lui aussi.

Comment cet ancien confrère passé à la com’ de Max Havelaar peut-il s’accommoder du professionnalisme imposteur (c’est lui qui le dit et qui le revendique) de Frédéric Neidhardt qu’il s’obstine, lui aussi, à considérer comme… un journaliste ?

La taille de l’imposture n’est elle pas suffisante au regard de ce chargé de communication, dont la vocation est pourtant de côtoyer de vrais journalistes à longueur de temps ?

Je n’ai jamais tenu les propos que me prête étonnament le faux journaliste.

Il eut suffi de lire Les coulisses du commerce équitable, de prendre connaissance des nombreux articles qui lui ont été consacrés et des nombreuses interviews que j’ai pu donner sur le sujet pour le comprendre…

Je l’ai dit, redit et écrit…

Max Havelaar ne fait travailler personne

en dehors de ses propres salariés.




A moins… qu’un boulevard ?





Pour Max Havelaar :





Accuser le « journaliste » de mensonges ?

Non. Frédéric Neidhardt n’est pas « menteur ».

Encore moins journaliste

Imposteur professionnel seulement – pour l’Écho des savanes – comme il se revendique lui même…

Des DVD contenant les vidéos de ses impostures ont été transmises à Max Havelaar, au cours de la procédure de première instance.

Mais les écrits sont les écrits….

Et les écrits de Frédéric Neidhardt, même travesti en Daniel Audion, restent des écrits…




Et les communicants de Max Havelaar France d’ajouter, en gage de leur bonne foi :


ne pas mentir… ne pas travestir la réalité… ne pas accuser sans preuve…



La question soulevée par Max Havelaar est tout à fait légitime.

« Pourquoi Christian Jacquiau n’a-t-il pas demandé un droit de réponse si ses propos ont été travestis à ce point ? »

Et si Max Havelaar France pose la question en ces termes, sur le forum de Le Post, c’est forcément que Jacquiau ne l’a pas fait

Forcément…

Sauf que…



notes :
(1) Nicolas Gauthy est responsable de la communication institutionnelle de Max Havelaar.
(2) Joaquin Muñoz est directeur de Max Havelaar France.




pour lire la suite…

B4.8 – Demande de droit de réponse il y a bien eu…

[ cliquez sur le titre ci-dessus ]

A. Les coulisses d’une affaire peu équitable…
B. L’article, source de la plainte…
B4.1 Un faux journaliste ?
B4.2 Les impostures écrites du faux journaliste
B4.3 Les impostures télévisuelles du faux journaliste
B4.4 Nu chez MacDo, pédophile, pourquoi pas journaliste ?
C. Condamnation… Appel… Soutien…
C2 L’affaire en questions…
C4 Les dernières nouvelles de l’affaire…

[sommaire complet]


circuit court :

C – Condamnation… Appel… Soutien…